LE PLUS. L’est de l’Ukraine a connu ce week-end les combats les plus violents depuis plus de deux mois. De nouvelles armes blanches sont arrivées à Donetsk, bastion des séparatistes pro-russes. Sacha, 21 ans, a arrêté ses études pour les combattre. Sa priorité aujourd'hui : servir son pays. Il témoigne.

Édité par Rozenn Le Carboulec 

 

Je m’appelle Sasha, j’ai 21 ans et je suis né dans la région de Donetsk. J’habite à Dobropillia avec ma copine. Mes parents habitent ici aussi.

 

Depuis la création de la République de Donetsk, j’ai arrêté le lycée pour m’engager au sein d’une milice d’auto-défense pro-ukrainienne.

 

Je suis patriote et fier de mon pays

 

J’ai décidé de servir mon pays et protéger ma ville contre les séparatistes. On est encerclé, mais avec la milice nous faisons tout pour résister. Nous sommes régulièrement en alerte, je fais partie des plus jeunes. J’ai vite appris à manier les armes... Je me battrai jusqu’à la mort. Quand on part, on ne sait jamais si on va revenir. Je suis patriote et fier de mon pays.

 

Les manifestations de Maïdan symbolisent la naissance d’une nation… une vraie ! Ça symbolise l’amour du peuple pour mon pays et la haine comme dans ma région…

 

J’ai peur qu’il arrive quelque chose de grave

 

La Crimée a été un déclic pour moi. J’ai un ami dans la marine à Sébastopol et il connaît la réelle situation sur place… J’ai ma propre opinion et c’est pour ça que j’ai décidé de me battre.

 

Avant que les "verts" (l’armée russe) arrivent en Crimée, mon ami savait que la population ne voulait pas devenir russe. Au fond de moi, je sais que la Crimée fait partie de l’Ukraine. C’est une occupation, pas une annexion ! Je suis triste de savoir que seulement 50% de la population a voté même si c’est devenu un territoire russe.

 

Que cela soit dans ma ville ou dans les autres villes ukrainiennes, je ne suis pas un lâche mais j’ai peur qu’il arrive quelque chose de grave.

 

Je suis fatigué des belles paroles

 

Aujourd’hui, on ne m’a pas appelé en renfort alors je suis allé voter pour élire le nouveau président ukrainien. Mais ce soir ou demain… c’est reparti. C’est dur de choisir notre futur président. Je suis fatigué des belles paroles. Je compte sur mon intuition personnelle, pas à leurs promesses politiques et leurs problèmes internes.

 

Hier soir, nous avons été attaqués par les séparatistes à un checkpoint qu’on contrôle à l’entrée de la ville. Ils se sont déguisés en policiers et sont arrivés avec une voiture de police... c’était violent… Mon pote est à l’hôpital.

 

Le chirurgien nous a dit qu’il ne voulait pas voir sa femme et ses enfants, car sa famille n’est pas au courant qu’il se bat dans le Donbass. Il a pris plusieurs balles dans le cou… Il a été opéré, son état est stable mais il faut des spécialistes et des neurochirurgiens, car ici, à Dobropillia, il n’y en a pas. Le plus près, c’est Donetsk, mais c’est du suicide. Il doit être évacué par hélicoptère vers Dnipropetrovsk ou en Israël. On n’en sait pas plus.

 

Vous avez de la chance, vous, les Européens

 

Vous avez de la chance, vous, les européens, car j’ai un peu voyagé… J’ai vu comment vous viviez, vos modes, vos musiques et vos styles de vie. J’aimerais que mon pays intègre l’Union européenne mais chaque système à ses côtés négatifs et positifs, je le sais.

 

C’est une nouvelle page dans l’histoire du pays en pensant à Maïdan. Si Ianoukovitch ne s’était pas enfuit en abandonnant le pouvoir, rien n’aurait changé. La corruption serait toujours là.

 

Il ne peut arriver que des choses positives pour la suite... j’espère. Tout est à faire pour que le pays ait un meilleur futur.

 

On nous a oublié

 

Il y a des preuves de la participation des russes au conflit dans l’Est. L’Ouest pourrait envoyer des troupes pour maintenir la paix… nous aider, on nous a oublié.

 

L’aspect négatif, c’est qu’une participation des occidentaux pourrait engendrer un conflit international, et ça, je n’en veux pas. Mon pays a déjà beaucoup trop souffert !

 

Tout ce que je souhaite, c’est que ça se termine, que je puisse reprendre une vie normale, être heureux avec ma copine et mes proches. J’aimerais finir le lycée et commencer des études dans le journalisme.

 

 

Propos recueillis par Thomas Girondel.

 

 http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1277142-ukraine-a-21-ans-j-ai-arrete-le-lycee-pour-m-engager-dans-une-milice-d-auto-defense.html

 

MON AVIS:

Je suis de tout coeur avec ce jeune pour que l'Ukraine sorte des griffes de son voisin et qu'il puisse vivre une vie normale, et qu'il puisse enlever l'épèe de Damoclès qui pése sur le territoire de l'Est, passage pour rejoindre la Crimée et bastion de l'acier et du charbonnage, tout un programme!!!!!!!!!!!!

poivre31@hotmail.com